L’haleine, baromètre odorant!

L’haleine est un excellent indice de l’état de santé de notre système digestif. Une mauvaise haleine fréquente, nommée halitose, nous informe qu’il y a beaucoup plus que des mauvaises bactéries dans notre bouche; elles ont maintenant colonisé notre système digestif en entier!
Cette problématique affecte plus de 50% de la population à un certain moment de leur vie. Les principales causes de l’halitose sont les maladies, les désordres intestinaux et respiratoires, la prise de certains médicaments, le déséquilibre microbien de notre langue, salive et/ou la présence de plaque dentaire.

Fermentation et putréfaction
Les aliments demeurant plus de 24 heures dans notre système digestif se transforment : les viandes se putrifient et les autres aliments (grains, fruits, légumes, etc.) fermentent. Ces gaz toxiques et malodorants suivent la « cheminée » et sont principalement évacués par les deux sorties directes : en haut et en bas!

Où commencer?
Vous vous faites souvent reprocher votre mauvaise haleine? La première solution est d’observer le fonctionnement de votre système digestif; c’est-à-dire, ce qui entre et ce qui sort!
Soyez vigilents face aux produits laitiers. En plus de congestionner notre système digestif, ils augmentent la mauvaise haleine. En effet, les bactéries qui causent l’halitose peuvent décomposer les protéines du lactose, remplies de soufre, causant alors l’odeur et le mauvais goût tant redoutés.
Limitez le sucre! C’est l’aliment favori des bactéries; en sa présence, elles se multiplient encore plus rapidement! Pour contrer son effet dévastateur sur notre système oral et digestif, prenez rapidement des probiotiques pour ramener suffisament de bonnes bactéries.
Attention au café! Il est très acide. Puisque les « mauvaises » bactéries aiment les milieux acides, elles croisseront rapidement et vous causeront presque immédiatement la mauvaise haleine de café.

Ail, ail, ail!
C’est bien connu, le brossage de dents n’a aucun effet sur l’haleine d’ail. En effet, l’odeur caractéristique provient des gaz de soufre libérés dans le tube digestif pendant toute la digestion. Ces gaz prennent au moins trois heures avant d’être éliminés. Pour réduire cet effet indésirable, plusieurs aliments sont efficaces : la banane, le kiwi, le bleuet, le basilic, les épinards et le persil frais permettraient de capturer certains composés sulfurés formés dans la bouche et dans l’intestin. La persistance de la mauvaise haleine en serait ainsi diminuée.

Les premières solutions
Boire beaucoup d’eau : boire d’avantage d’eau pure permet une meilleure élimination intestinale et rénale; donc moins de déchets dans le corps.
Prendre des fibres : les fibres facilitent le transit. Les plus populaires sont le psyllium, l’orme rouge, les graines de lin / de salba / de chia moulues.
Absorber les déchets : Prendre une cuillère à thé par jour d’argile bentonite ou de charbon activé. Ce dernier se vend aussi sous forme de capsule; plus facile d’utilisation. Ces produits ont une capacité d’absorption puissante; on les utilise souvent en cure ou lors d’une désintoxication (métaux lourds, produits chimiques, etc.). Chez certaines personnes, ces produits peuvent causer une congestion intestinale du à la grande quantité de déchets qui se retrouve simultanément dans les intestins. Observez votre réaction et diminuez le dosage au besoin et prenez des tisanes facilitant l’élimination.

Et ensuite?
L’heure du thé
Selon une étude, les polyphénols contenus dans le thé vert combattraient les bactéries qui causent la mauvaise haleine. Lors de tests en laboratoire, les polyphénols ont arrêté la croissance de ces bactéries et les ont empêchées de produire de l'acide sulfhydrique, la substance responsable de l'odeur désagréable. Même des concentrations très faibles de polyphénols ont réduit de 30 % les taux de cet acide.

L’extrait de pépin de raisin
Dans un essai in vitro, les chercheurs ont regardé si un extrait de pépins de raisin pourrait inhiber deux bactéries anaérobies responsables de la gingivite et de la mauvaise haleine (le Porphyromonas gingivalis et le Fusobacterium nucleatum). Les résultats ont indiqué que l’extrait de pépins de raisin montrait une activité antibactérienne à l’égard de ces deux souches. L’extrait de pépin de raisin est très amer ; vous n’avez qu’à le diluer à 20% dans une eau distillée et l’utiliser en gargarisme. Food Chemistry, 15 April 2009, 113(4) : 1037-1040

Et les rinces-bouches ?
Ces fameux produits « miracles » contiennent généralement de l’alcool, du dioxyde de chlore quelque fois combiné à du chlorure de zinc. Ces produits peuvent changer la composition chimique des gaz odorants et ainsi les rendre inodores. Cependant, la bactérie demeure présente et continue de produire de mauvaises odeurs. Si plusieurs de ces rinces-bouches se vantent d’obtenir des résultats allant jusqu’à six heures, une étude indépendante a prouvé que le chlorure de sodium fonctionne réellement entre 4 et 42 minutes…

Les meilleures solutions
Une étude publiée dans la revue anglophone Journal of Clinical Periodontology nous informe qu’un microbe responsable de la carie dentaire (Streptococcus mutans) était réduit à moins de 75 % lorsqu’on utilisait un rince-bouche composé d’essences aromatiques naturelles. Des études démontrent que les rinces-bouches à base d’huiles essentielles peuvent contrôler la mauvaise haleine allant jusqu’à trois heures en tuant cette bactérie ainsi que d’autres causant la mauvaise haleine.

Un rince-bouche maison
Facile à faire, votre rince-bouche maison vous évitera d’utiliser ceux contenant de l’alcool. En effet, ce dernier assèche les muqueuses de la bouche et en change le pH. En plus de diminuer la salive, un usage fréquent et à long terme peut causer un débalancement de notre flore buccale.

Voici quelques idées de gargarisme :
- Utilisez des eaux florales de menthe et d’anis étoilé pour le plaisir et de thym, de romarin, d’origan ou de sapin pour détruire davantage de bactéries.
- Dans une gorgée d’eau, ajoutez une goutte d’une essence aromatique de votre choix dans la liste ci-bas et gargarisez-vous pendant une minute puis cracher le liquide :
o Menthe poivrée (Mentha piperita)
o Menthe verte (Mentha spicata)
o Cannelle cassia ou Cannelle de Ceylan (Cinnamomum cassia ou Cinnamomum verum, écorces)
o Tea tree (Melaleuca alternifolia)
o Sapin baumier (Abies balsamea)

Pour les courageux :
o Origan (Origanum vulgare ou origanum compactum)
o Thym à bornéol (Thymus satureioides)
o Sarriette des montagnes (Satureja montana)

Il ne vous reste plus qu’à vous quémander un baiser !


Tiré du Magazine VIVRE

academie-jardin-de-vie